L’environnement est un sujet d’actualité à travers les chocs énergétique et climatique, mais c’est aussi un sujet d’avenir car ces crises hypothèquent le mode de vie des nouvelles générations et engendrent un mal être des jeunes par rapport à leur futur.

A ce titre, l’éducation et la formation sont au cœur des enjeux du développement durable car la réponse que nous devons faire par rapport aux urgences environnementales doit, certes porter sur des changements immédiats de nos modes de vie, mais également envisager une réorientation de la trajectoire de la société qui ne pourra se concrétiser qu’à travers l’éducation et la mobilisation des jeunes générations.

Le ministère de l’Education nationale s’est impliqué depuis très longtemps dans ce domaine : mise en place de l’éducation à l’environnement en 1977, généralisation d’une éducation pour un développement durable en 2004, lancement de la deuxième phase de l’éducation au développement durable en 2007…

Pourtant aujourd’hui il faut aller plus loin.

Plus que des adaptations thématiques ou sectorielles, plus que des effets d’annonces, comme cela a été le cas depuis cinq ans, le projet de développement durable du ministère de l’Education nationale doit être global, transversal et participatif.

 

Un projet global

Dans le cadre des compétences du ministère, le projet de développement durable peut comporter trois axes d’action : un sur l’éducation (former les citoyens et introduire le développement durable comme une « valeur » de la société, par la formation initiale et continue à tous les stades depuis la maternelle jusqu’à la formation permanente), un sur l’emploi (à travers une refonte des filières de formation il s’agit d’introduire les préoccupations environnementales dans l’ensemble des métiers existants et de développer de nouveaux emplois liés au développement durable) et un sur la formation des personnels propres de l’Education nationale.

Education : au cœur des valeurs de la société

Le volet éducatif permettra au citoyen d’acquérir un comportement responsable. A à ce titre, l’école a une mission fondamentale. Son action dans le domaine du développement durable doit d’ailleurs être appréhendée dans la suite de son rôle dans l’intégration des citoyens dans notre modèle républicain.

Formation professionnelle : la nouvelle compétitivité économique

La prise en compte des nouveaux métiers liés au développement durable est également fondamentale pour l’éducation nationale, d’une part parce que le développement durable constitue un gigantesque gisement d’emplois peu ou pas développés actuellement, d’autre part parce qu’il nous faut revisiter toutes les formations professionnelles à l’aulne du développement durable. Une prise en compte adéquate et rapide du développement durable dans ces filières peut permettre au pays d’être plus compétitif en termes d’économie sur la scène internationale.

Personnels : un formidable levier d’action

A travers ses effectifs en personnels (autour de 800 000 personnes), le ministère dispose du premier levier d’action national en vue de la sensibilisation au développement durable d’une catégorie de la population. Sensibiliser les personnels de l’éducation nationale au développement durable, c’est atteindre directement toute la société. Le ministère dispose là d’une force probablement sans équivalent au monde ; il faut en profiter pour mettre en place une opération de grande envergure qui irriguera toute la société !

Administration : une contribution à l’exemplarité de l’Etat

Il y aurait également un quatrième axe d’action, mais qui lui n’est pas spécifique au ministère et qui relève de l’Etat en général, c’est l’exemplarité de la gestion durable de l’administration du ministère (personnel, parc immobilier…).

 

Un projet transversal

L’éducation au développement durable, la formation, l’emploi… concernent plusieurs secteurs ministériels (environnement, agriculture, économie, enseignement supérieur et recherche…), ce qui implique que le projet de développement durable du ministère de l’Education nationale doive intégrer dès le départ cette transversalité d’action afin de rendre une cohérence à notre projet de société. Bien que chaque ministère soit compétent sur des axes techniques du développement durable qui peuvent concerner l’éducation, seul le ministère de l’Education nationale a la légitimité et la capacité de coordination du projet.

Au niveau des personnels des différentes administrations de l’Etat, le ministère de l’Education nationale pourrait également coordonner les actions de formation qui sont aujourd’hui très dispersées.

 

Un projet participatif

Il existe de très nombreuses potentialités au sein des personnels du ministère pour élaborer un projet qui soit novateur et auquel les personnels puissent s’identifier. La construction de ce projet, sur la base d’une large participation des personnels, pourrait être le départ d’une nouvelle dynamique pour le ministère et entraîner une large adhésion.

La mise en œuvre d’un tel projet nécessite un portage politique fort, qui ne peut être assuré que par le ministre et par son implication personnelle, une adhésion des acteurs qui ne peut résulter que d’une large consultation, mais également un pilotage technique positionné à un très haut niveau du ministère afin que l’opération soit lisible et puisse réussir.

Les contraintes sont donc importantes, mais elles sont à l’image des enjeux pour le ministère : participer au changement de la trajectoire de la société autour du développement durable. La France a une chance historique car elle dispose d’un levier d’action qui manque à la plupart des autres pays : un ministère de l’Education nationale dont les actions peuvent avoir un impact direct et fort sur toutes les couches de la société.

Saisissons cette chance pour faire de la France le pays de la performance du développement durable !

François Hollande a placé la jeunesse au cœur de son projet

Faire porter par le ministère de l’Education nationale un projet ambitieux d’éducation au développement durable ne constitue ni plus ni moins que de donner une chance supplémentaire à notre jeunesse pour affronter les défis du monde de demain et pour « réenchanter » son rêve

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *